Le contenu de cette page s’affiche comme sur notre ancien site. Pour en savoir plus sur nos activités, consultez notre nouveau site..
Chargement
Actualités Le Cordon Bleu 07/07/2014
A la découverte du Kimjang, part intégrante de l'identité coréenne
Imprimer cette page
Traditions Culinaires du Monde

EN | FR Partager : Facebook Twitter More...

À la une

A la découverte du Kimjang, part intégrante de l’identité coréenne
En décembre 2013, le Kimjang a été intégré au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Cette distinction met en valeur la place majeure du Kimjang dans les traditions culturelles de Corée.

Le Kimjang, qui correspond au processus de préparation et de partage du Kimchi, est encore bien méconnu. Le Kimchi, produit final du Kimjang, composé de chou assaisonné d’épices et de produits de la mer fermentés, est, quant à lui, le plat traditionnel coréen par excellence ! Pourtant, la coutume du Kimjang permet de renforcer les liens entre les coréens et symbolise à merveille l’art de vivre en Corée.

Le Kimjang suit un cycle annuel. Il se déroule avant le début de l’hiver (fin novembre, début décembre) en fonction de la température, qui doit être inférieure à zéro degré. Cependant, les ingrédients sont issus des quatre saisons :

  • Les coréens se procurent les produits de la mer au printemps, qui sont ensuite mis dans une saumure afin de fermenter.
  • Le sel, ingrédient indispensable pour préserver les aliments, est acheté l’été.
  • A la fin de la saison estivale, les piments rouges, produits clés du Kimchi, sont séchés et mis en poudre.
  • Enfin, le chou nappa est récolté à la fin de l’automne, juste avant le début de la période du Kimjang.

Les ingrédients composant le Kimchi ont évolué avec l’histoire du pays, ce qui n’est pas le cas de la culture autour du Kimjang. Cette tradition reste ancrée dans le mode de vie des coréens. Selon une étude du Korea Rural Economic Institute réalisée en 2012, près de 60% des coréens continuent de faire leur Kimchi chez eux.

Le Kimjang favorise le partage et l’échange et permet de renforcer les liens familiaux. Chaque famille possède ses propres méthodes de préparation du Kimchi et donc ses propres saveurs, qui se transmettent de génération en génération.  En rentrant dans une famille, les nouveaux membres doivent s’adapter aux coutumes de la famille.

Le Kimjang encourage également la solidarité entre voisins. Le Kimjang demande un travail fastidieux, c’est pourquoi les voisins viennent souvent aider pour préparer le Kimchi dans les villages.

Le Kimjang, bien ancré dans la culture et les traditions du pays, est une part intégrante de l’identité coréenne et joue un rôle majeur dans le développement de la solidarité, du partage et des échanges.

Selon une étude menée en 2011 par le Bureau du patrimoine culturel, de nos jours, 95% des coréens mangent du Kimchi au moins une fois par jour. La diversité des plats à base de Kimchi a contribué à la popularité de ce met traditionnel. Afin d’illustrer cela, les Chefs Le Cordon Bleu vous dévoilent deux recettes à base de Kimchi :

Crème glacée de concombre et de Kimchi Gâteau pur chocolat au Kimchi
Crème glacée de concombre et de Kimchi Gâteau pur chocolat au Kimchi

Ces deux recettes sont issues du libre Kimchi coréen et Le Cordon Bleu.

Vous souhaitez en savoir plus sur une autre tradition culinaire coréenne? Découvrez la "cuisine des temples" en cliquant ici.

 

 

Cuisine des Temples

Les coutumes et traditions de la religion Bouddhiste ont depuis toujours influencé la cuisine coréenne au point que cela a donné naissance à un nouveau type de cuisine : «la cuisine des temples». Réservée autrefois aux seuls moines, elles se retrouvent aujourd’hui sur les cartes de nombreux restaurants en Corée. Intéressons-nous à cette cuisine tendance !

Issue des temples Bouddhistes, «la cuisine des temples» est particulièrement saine et bonne pour la santé. Elle se compose de plats simples, légers et pauvres en calories.

C’est une cuisine aux influences végétariennes, à l’exception de quelques produits laitiers. La plupart des légumes sont utilisés sauf l’ail, le poireau, la ciboulette, les oignons et les échalotes. Ces cinq aliments sont sources de frivolité s’ils sont consommés cuits ou peuvent entrainer de l’agressivité s’ils sont dégustés crus.

«La cuisine des temples» nécessite également de la créativité afin de proposer des plats variés, sains et frugaux. Chaque repas est l’occasion de méditer, de prendre son temps et de réfléchir sur le processus de préparation du plat qu’il déguste, de la récolte des ingrédients jusqu’à l’élaboration du plat.

 

Vous êtes intéressé par la cuisine du monde ? Ne manquez pas les ateliers "Cuisines du Monde" proposés à l’école Le Cordon Bleu Paris.

Pour plus d'information

Le Cordon Bleu Paris
  Email paris@cordonbleu.edu ou utiliser le formulaire en ligne
  Website www.cordonbleu.edu/paris/home/fr
  Call +33 (0) 1 53 68 22 50
  Address 8, rue Léon Delhomme
75015 Paris

À découvrir...

Le campus de Paris

Vidéos

Le Cordon Bleu Paris
Vidéo de présentation

En complément

Lire la suite


  • A la découverte de la cuisine traditionnelle japonaise : le "Washoku"
  • Le 4 décembre 2013, la cuisine traditionnelle japonaise, ou « washoku » a été inscrite au patrimoine de l’Unesco. Plus qu’une simple cuisine, c’est un élément majeur de la culture japonaise. Le « washoku » est un héritage immatériel qui se transmet de génération en génération et qui inclut un ensemble de connaissances et de techniques liées à la préparation et à la présentation de différents plats.

Lire la suite

 

Retour Bookmark and Share
 
 
Chargement