Le contenu de cette page s’affiche comme sur notre ancien site. Pour en savoir plus sur nos activités, consultez notre nouveau site..
Chargement
 
Increase font size  Decrease font size

Régions françaises

EN | FR

Voir : Pays Basque  | La Bretagne  | Les Charentes  | Le Bordelais  | La Corse
La Normandie  | Le Pays Niçois  | La Franche-Comté  | La Touraine  | La Lorraine
La Bourgogne  | La Champagne  | Périgord  | L'Alsace  | La Provence
L'Île-de-France  | Languedoc  | Pays Toulousain

 

En vedette

 

Pays Basque

Pays Basque

Dans sa globalité, le Pays Basque est une région touristique alimentée par un patrimoine naturel, historique, et culturel riche. La nature y est très variée, caractérisée par des paysages montagneux d’une part, et par des paysages maritimes d’autre part. La Côte Basque, important site touristique représenté par des villes telles que Biarritz, Saint-Jean-de-Luz ou encore Hendaye, est très appréciée des Français et des étrangers, qui viennent profiter des plages et des vagues réputées de l’océan Atlantique.

Les traditions sont profondément encrées dans le Pays Basque, aussi bien en terme de culture qu’en terme de gastronomie.
Entre agriculture, élevage et pêche, la région est un véritable terroir proposant une cuisine très diversifiée à base de produits simples, jouant des traditions culinaires françaises et espagnoles. La charcuterie est incontournable dans la gastronomie locale, avec le Jambon de Bayonne à l’honneur, et le fromage y est très présent. La région est d’ailleurs spécialiste en matière de charcuterie : elle produit boudin noir, saucisson basque, chorizo, ventrèche...

En cuisine basque, les influences espagnoles se matérialisent par l’utilisation de l’huile d’olive, de tomates, de poivrons, ou encore de piments, à qui elle emprunte la saveur et la couleur dans la plupart des préparations dites « à la Basquaise » telles que le poulet ou le thon, mais également dans la très locale piperade, à base d’œufs brouillés. L’utilisation d’épices et de piments est en effet une grande caractéristique de la gastronomie basque, et le piment d’Espelette y est un véritable symbole culinaire. Les maisons basques sont d’ailleurs souvent décorées de tresses de ce piment. Les Basques aiment aussi farcir les piments Piquillos (petits poivron rouges pointus) cultivés côté Espagnol avec de la morue.
 

La mer fournit le Pays basque en poissons (chinchards, anchois, sardines, thon) et en fruits de mer (araignée de mer, crevettes, chipirons, langoustines…) en grande quantité. En viandes, le porc et l’agneau sont très utilisés dans la cuisine locale.

La cerise noire d’Itxassou fait par ailleurs la fierté de la région Basque, et plus particulièrement la confiture de cerises noires, dégustée traditionnellement avec un fromage de brebis.

 

 

Régions françaises

 

La Bretagne

La Bretagne

La Bretagne est une péninsule qui s’étend à l’extrême ouest de la France dans la Manche et l’océan Atlantique. La région, avec Rennes pour capitale, est composée de quatre départements : le Finistère, le Morbihan les Côtes d’Armor et l’Ille-et-Vilaine.

La Bretagne bénéficie d’un climat doux avec un faible écart entre les températures d’été et d’hiver. De part son lien avec la mer, la Bretagne est balayée par les vents : le Gulf Stream jusqu’au Finistère, et offre à cette terre exposée aux humeurs de la mer un climat étonnamment clément. Ce climat doux, moins pluvieux que la moyenne française mais cependant humide, et la richesse des sols, font de la Bretagne une terre de culture généreuse et de qualité : salicorne (plante qui pousse sur les sols riches en sel marin) artichaut camus, endive de Kerlouan, haricot coco de Paimpol A.O.C., fraise de Plougastel, melon petit gris de Rennes etc.

Les landes bretonnes sont peuplées, mais l’élevage n’est pas diversifié et le porc est omniprésent. Il faut s’éloigner des terres, et découvrir la richesse des eaux bretonnes. Poissons, coquillages et crustacés, ce sont eux qui font la réputation de la Bretagne, leur diversité et leur fraîcheur, comme par exemple le homard breton, connu dans le monde entier, mais aussi les huîtres, moules palourdes, tourteaux, Saint-Jacques, bar de ligne, rouget barbet et bien d’autres. Les marins bretons ont par ailleurs réussi à introduire avec finesse dans leurs habitudes gastronomiques des produits rapportés de leurs voyages au bout du monde, tels que le sarrasin et le curry.

La gastronomie bretonne est simple, elle mise sur la redécouverte quotidienne des produits de son terroir, partagée entre terre et mer. Fraîcheur, qualité, diversité et finesse sont des mots qui définissent bien la cuisine bretonne : ainsi, par exemple, les plateaux de fruits de mer figurent toujours à la meilleure place des cartes de restaurant, avec pour seul accompagnement des quartiers de citron et de la mayonnaise. On peut aussi déguster dans la région un potage aux haricots à la bretonne, la cotriade (poissons variés cuits dans un bouillon avec des pommes de terre) un homard à l’armoricaine, ou la potée bretonne (viandes de porc et légumes cuits dans un bouillon et servis avec des tranches de pain de seigle).

La Bretagne est aussi le paradis des becs sucrés, nombreuses sont les pâtisseries et confiseries : far breton aux pruneaux (flan épais garni de pruneaux gonflés au rhum), gotchial (pain brioché), Niniche de Quiberon (sucettes au caramel ou aux fruits), les crêpes dentelles et bien d’autres. Beaucoup de desserts sont réalisés à partir de beurre salé, produit typiquement breton, notamment le fameux Kouign Amann, les caramels au beurre salé ou encore les palets bretons.

En ce qui concerne la boisson, il faut noter que la Bretagne est l’une des seules régions françaises à ne pas avoir de vignobles. Les Bretons ne sont pas des buveurs de vin, mais cela ne signifie pas qu’ils n’ont pas de tradition de boisson alcoolisée : ainsi, la boisson phare de la Bretagne est le cidre une boisson fermentée à base de pommes du terroir.

 

Les Charentes

Les Charentes

Situées à l’Ouest de la France, les Charentes s’étendent sur deux départements de la région Poitou-Charentes : la Charente et la Charente-Maritime. La Charente, dont la ville principale est Angoulême, est aussi connue pour la ville de Cognac. Quant à la Charente-Maritime, sa ville capitale est La Rochelle ; elle compte également quatre îles, dont l’île d’Oléron et l’île de Ré.

De part sa situation géographique privilégiée, la région des Charentes profite d’une variété de paysages intéressante : la Charente-Maritime bénéficie des avantages du littoral, avec ses grandes plages et ses îles, tandis que la Charente, dans l’intérieur des terres, présente des paysages de plateaux, landes, forêts et marais traversés par des fleuves. Le climat y est océanique : les hivers sont doux, et les étés chauds mais sans excès. Ce beau climat n’a malheureusement pas un grand impact sur les sols charentais, qui sont assez peu fertiles ; les « openfields » produisent la majorité des cultures du terroir charentais. Cependant, en matière d’élevage, la région n’est pas en reste : volailles, bovins ou encore ovins et caprins, nombreux sont les animaux qui font la renommée des éleveurs locaux. Mais c’est encore l’étendue du littoral qui donne aux Charentes leur réputation : ainsi, les huîtres de Marennes-Oléron, produites sur les anciens marais salants des côtes transformés en parc à huîtres, les moules de bouchot des plages charentaises, et tous les autres coquillages ainsi que les crustacés divers et variés sont l’image de marque des Charentes. En comparaison, la pêche, qui est pourtant une activité traditionnelle du littoral, n’est pas aussi abondante : bien que les Charentes offrent mer, fleuves et rivières aux pêcheurs, c’est l’ostréiculture qui arrive en tête. Enfin, n’oublions pas la culture des escargots petits gris, appelé ‘cagouillards’, tradition locale qui vaut aux charentais d’être eux-mêmes surnommées les ‘cagouillards’.

La crèmerie des Charentes est surtout connue pour son beurre A.O.C. ; parmi les productions de fromage, ont compte en majorité des fromages de chèvre ou de brebis, frais ou caillés. Outre ces productions très classiques, les Charentes accueillent des productions plus inattendues et pourtant caractéristiques : l’angélique, plante généralement utilisée confite dans la préparation de gâteaux ; le safran, produit près d’Angoulême dans la plus grande safranière d’Europe ; ou encore les truffes noires, peu nombreuses, mais qui rappellent que le Périgord n’est pas très loin.

Parmi les spécialités culinaires locales, il convient de citer l’Embeurrée de chou, la Terrine d’anguille au vin de pays charentais, les Paupiettes de truite aux écrevisses, les Huîtres au lard, le Jarret de veau de Chalais au Pineau des Charentes, et le traditionnel Melon des Charentes au Pineau des Charentes. Coté desserts et friandises, on peut déguster dans la région la Galette charentaise (gâteau plat moelleux, au beurre, généralement décoré de morceaux d’angélique confite), le Millasson (flan à la farine de maïs, avec des pruneaux et du Cognac), les Cornuelles (petits biscuits de forme triangulaire en pâte sablée, parsemés de grains d’anis, et percés au centre) ou encore les Merveilles (beignets aromatisés au Cognac).

Bien que proches de Bordeaux et de sa richesse vinicole, les Charentes ne produisent que quelques vins de table et vins de pays (IGP) charentais, dont certains sont remarquables. Cependant, la région produit l’une des eaux-de-vie françaises les plus réputées sur le territoire français comme à l’étranger : le Cognac. Quant au Pineau des Charentes, également reconnu, il est produit à base de Cognac et de moût de raisin frais blanc ou rosé.

 

Le Bordelais

Le Bordelais

Le Bordelais est une région française située en Aquitaine qui correspond au département de la Gironde. Bordée par l'océan Atlantique, elle a pour capitale Bordeaux, ville mondiale du vin. En effet cette région est très réputée pour ses crus, qui sont à la base des préparations culinaires dites « à la bordelaise ».

Bordeaux détient le vignoble le plus vaste du monde avec 57 appellations AOC différentes, toutes situées dans le département de la Gironde. La classification est assez complexe, compte tenu de la grande diversité des vins et de leur qualité.

Outre sa renommée vinicole, on attribue également à cette province plusieurs traditions gastronomiques: les poissons et fruits de mer font partie intégrante de l'héritage culinaire bordelais, notamment les célèbres huîtres et soles d'Arcachon, bassin situé au sud-ouest de Bordeaux et qui fait partie des principaux centres ostréicoles de France. À citer également les aloses, les anguilles, les sardines, fournies par l’océan, l’estuaire de la Gironde et les divers cours d’eau. Les Bordelais sont également de grands éleveurs de bœufs et d'agneaux, viandes « vedettes » de la cuisine traditionnelle de la région, qui permettent la réalisation de plusieurs recettes typiques telles que l'entrecôte grillée bordelaise, la côte de bœuf bazadais au Sauternes ou encore la blanquette d'agneau de Pauillac. Parmi les légumes, on peut citer l’artichaut de Macau, l’aillet (jeune pousse verte d'ail ressemblant à un mini poireau) ou encore les cèpes, qui peuvent être cuisinés seuls ou en accompagnement.

En cuisine, on associe volontiers au Bordelais le grenier médocain (l'andouillette locale), le gratton de Lormont (sorte de terrrine), les tricandilles (tripes de porc relevées à l'ail et au poivre frais), le caviar de Gironde, les escargots de Caudéran, préparés avec du jambon cru et du vin blanc, et bien d'autres spécialités.

Le Bordelais est une des rares régions de France à n'avoir aucune spécialité fromagère. En effet, cette province ne produit aucun fromage, et cela s'explique par une raison simple: depuis des siècles, le peu de terres sur lesquelles on ne cultivait pas de vigne étaient réservées aux animaux d'attelage utilisés pour travailler dans ces vignes. Il ne restait donc aucune terre libre pour élever d'autres animaux tels que vaches et chèvres pouvant permettre la production de fromages.

En revanche, la région est réputée pour ses pâtisseries gourmandes telles que les macarons de Saint-Émilion, les célèbres cannelés de Bordeaux, les fanchonnettes (bonbons fourré à la pâte de fruit) et les niniches (caramels mous au chocolat). Le gâteau des rois, pâtisserie traditionnelle des fêtes de Noël et de l'Épiphanie, à base de cédrat confit et de sucre, fait également partie des desserts classiques de la région.

 

La Corse

La Corse

La Corse est une île française montagneuse située dans la mer Méditerranée, à l’extrême Sud-Est de la France, sous l’Italie. Surnommée « ÎIe de Beauté » en raison de ses sublimes paysages terrestres, montagneux et maritimes qui bénéficient d’un climat très ensoleillé, elle est divisée en deux départements : la Haute-Corse, avec pour préfecture Bastia, et la Corse du Sud qui a pour préfecture Ajaccio. Ancien territoire italien, la Corse fut cédée à la France en 1768. Les traditions et la culture corses sont bien ancrées et revendiquées par les habitants de l’île, la gastronomie en faisant d’ailleurs partie intégrante.

La cuisine corse est dans l’ensemble assez familiale et paysanne. Elle profite des ressources naturelles issues de la mer et des rivières, de la terre, des forêts et celles de la montagne, ce qui en fait une cuisine de terroir riche et variée. Les terres fertiles permettent la culture de nombreux fruits et légumes tels que l’aubergine, la courgette, la clémentine de Corse, ou encore les cerises, pêches, nectarines, figues de Barbarie etc. La châtaigne, fournie en quantité par les sites montagneux, est le produit vedette de la région, à partir duquel on produit la célèbre farine de châtaigne AOC. On trouve dans le maquis des baies diverses, dont les myrtes, utilisées pour la production de liqueur ou comme condiment, ou les arbouses. Les forêts abritent quant à elles de nombreuses variétés de cèpes ainsi que des trompettes de la mort, des girolles et autres champignons. Les eaux douces corses fournissent notamment le saumon de fontaine et la truite de torrent, et la mer fournit une multitude de poissons et crustacés tels que le rascasse, l’anguille, la langouste du Cap, les oursins, mulets, rougets etc. En matière de viandes, il faut citer le porc corse (ou porcu nustrale), race officielle élevée en semi-liberté et permettant la production de nombreuses charcuteries artisanales, ainsi que le sanglier, gibier roi du maquis. Les Corses élèvent aussi les cabris et les agneaux de lait.

De par l’histoire et la situation géographique de l’île, la gastronomie corse est largement marquée par les influences méditerranéennes, et particulièrement par les influences italiennes, qui enrichissent la cuisine locale par les pâtes fraîches, les minestrones, les risottos, ou encore la polenta que l’on réalise sur l’île à base de farine de châtaigne. L’huile d’olive, produite sur place, est aussi très présente dans les mets, tout comme les herbes, qui peuvent être du maquis (romarin et thym) ou du jardin (basilic et menthe). La charcuterie tient une place de choix dans la tradition culinaire locale et les spécialités abondent : coppa, panzetta, ficatellu (ou figatellu), lonzu etc. La Corse est également un grand producteur de miels divers, tant la variété des fleurs du maquis est grande. Les miels de Corse bénéficient d’une AOC ainsi que d’une AOP (label de qualité européen).

La Corse fabrique d’excellents fromages, à base de lait de chèvre ou/et de brebis, qui entrent dans la préparation de nombreuses recettes. Le plus emblématique est le Brocciu (ou Broccio), un fromage frais produit à base de lait et de petit-lait, mais il en existe bien d’autres, notamment Niolu, A Fileta, Brin d’amour ou Fium’Orbo.

On peut déguster dans la région divers plats traditionnels, tels les aubergines ou courgettes farcies, l’omelette au Brocciu, le cabri ou sanglier en ragoût, le fiadone (tarte au brocciu et citron), le gâteau à la farine de châtaignes, ou encore les Canistrelli (gâteaux secs les plus traditionnels), Fritelli (beignets de farine de châtaignes), cédrats confits et Migliacci (galettes au Brocciu) pour satisfaire les petites gourmandises.

La Corse est également synonyme de vins, puisque son vignoble, implanté le long des côtes de l’île sur environ 7000 ha, produit au total neuf AOC et un vin de Pays.

 

La Normandie

La Normandie

La Normandie est une province du nord-ouest de la France, bordée par la Manche et composée de deux régions administratives : la Basse-Normandie, qui comprend les départements Calvados, Orne et la Manche et qui a pour chef-lieu Caen; la Haute-Normandie, dont le chef-lieu est Rouen, composée des départements de l’Eure et de la Seine Maritime.

Les produits du sol et de l’eau sont fameux dans cette région. La mer et les eaux douces fournissent en abondance une multitude de poissons et fruits de mer, et la qualité du sol permet la production de légumes et fruits variés. Le fruit emblématique de la Normandie est la pomme, qui est utilisée sous toutes ses formes dans les desserts tout comme dans les plats. Mais elle permet avant tout la production d’une dizaine de cidres grands crus, qui font de la Normandie une grande région cidricole, à défaut d’être viticole. La région produit également des eaux-de-vie comme le célèbre Calvados. Ces alcools sont très utilisés en cuisine et en pâtisserie régionales. Les pommes destinées à la production de cidre sont des pommes dites « à cidre ».

La cuisine normande est également synonyme de beurre et de crème, ingrédients qui font la renommée de la région, notamment le beurre et la crème d’Isigny, tous deux AOC. C’est l’excellente qualité du lait donné par les vaches normandes, autre grand emblème régional, qui permet cette grande tradition de produits laitiers de référence et de nobles fromages. Le camembert de Normandie AOC est sans aucun doute la vedette de la région, et par extension un grand symbole gastronomique français de renommée internationale. Cependant, le Livarot, le Pont-l’Évêque et le Neufchâtel, tous à base de lait de vache et AOC, sont également très célèbres dans tout le pays.

La vache dite « normande » est également élevée pour sa viande savoureuse. L’élevage est d’ailleurs une activité importante dans la région, et permet une production de viandes et de volailles de grande qualité (veau, agneau de pré-salé, porc, pintades, poulet, canard…).On y déguste diverses charcuteries dont la célèbre Andouille de Vire, produite traditionnellement à base de ventrée de porc. La Manche et les rivières apportent de leur côté une grande diversité de poissons (soles, aloses, anguilles) et de nombreux fruits de mer (crevettes, moules, coques, bulots).

Parmi les recettes traditionnelles salées, il convient de citer le poulet Vallée d’Auge (flambé au Calvados et cuit dans une sauce à base de crème fraîche épaisse et de cidre, accompagné de pommes flambées au Calvados), les Tripes à la mode Caen (tripes de bœuf cuites en cocotte lutée dans une garniture aromatique traditionnelle additionnée de cidre et calvados), les moules marinières au cidre et à la crème, les soles meunières ou la Matelote normande (à base de moules marinières, crevettes et de poissons au beurre, cidre et oignons).

Coté sucré, on trouve en Normandie de nombreuses gourmandises, telles la brioche pur beurre, les sablés de Caen (parfumés au Pommeau et Calvados), les mirlitons de Rouen (petites tartelettes de pâte feuilletée garnie de crème à la vanille et aux amandes) ou encore les chaussons aux pommes. Quant aux recettes sucrées, les plus typiques sont à base de pomme, comme la célèbre Aumônière de pommes au Calvados, les crêpes fourrées aux pommes ou encore les Bourdelots ou Douillons (pommes ou poires cuites dans une enveloppe de pâte à pain ou à brioche).

 

Le Pays Niçois

Le Pays Niçois Le Pays Niçois (ou Comté de Nice), qui a pour capitale Nice, se situe dans la région Provence-Alpes-Côtes d'Azur (PACA), dans le Sud-est de la France. Avec les Alpes en toile de fond et la mer Méditerranée qui borde la région, le pays Niçois, qui affiche le charme et l'histoire caractéristique des cités méditerranéennes, attire beaucoup de touristes.

Bien qu’influencée par la Provence et l'Italie, qui lui apportent des saveurs particulières, la cuisine du Pays Niçois garde néanmoins son caractère propre. Elle marie parfaitement herbes et aromates dans une cuisine à la fois parfumée et colorée, et offre une grande diversité de produits et de recettes authentiques. Grâce à sa proximité avec l'Italie, le Comté de Nice s'enrichit de recettes transalpines composées de pâtes fraîches, gnocchis et ravioles.

La recette qui fait la renommée de la région est très certainement la salade niçoise, une préparation à base de produits typiques, qui est aujourd'hui servie dans toute la France, mais pas toujours préparée selon la recette d'origine. Les ingrédients de base sont les olives, anchois, tomates et poivron, mais avec le temps certains restaurateurs hors-région ont ajouté d'autres produits comme le thon, qui reste toléré, ou encore la pomme de terre qui elle n'est absolument pas admise par les Niçois.

Les terres du Pays niçois permettent la production de fruits et légumes variés. La blette de Nice, l’ail rouge, l’orange bigarade le citron de Menton, sans oublier les produits typiquement méditerranéens tels que l’aubergine, la tomate, le poivron et la courgette, qui s’associent dans la célèbre ratatouille. L’olive reste emblématique de la région, en particulier l’olive noire de Nice. La culture de l’olivier, tradition de l'ensemble du Sud de la France, est très concentrée dans l’arrière-pays niçois et donne lieu à la production de diverses huiles d’olives, dont celle de Grasse, réputée pour sa qualité.

De par sa situation côtière, les produits de la mer font partie de la tradition gastronomique niçoise et les petits poissons en sont les vedettes. Les anchois sont caractéristiques de la région et entrent dans la préparation de diverses recettes locales comme la célèbre pissaladière (tarte salée) ou anchoïade. Les Niçois raffolent également de la poutine (alevins) qu’ils consomment généralement frits ou en beignets. Sardines, bar (appelé loup dans la région), sont également très consommés et sont souvent cuisinés « à la Niçoise » (fondue de tomate à l’ail et olives noires)

Outre la salade niçoise et la pissaladière, on peut apprécier diverses spécialités régionales salées, telles que la socca (galette de farine de pois chiches), le typique pan-Bagnat (sandwich de pain rond à l'huile d'olive garni avec les éléments de la salade niçoise) et les barbajouans (beignets fourrés d'une farce au riz, fromage, courge, ail et oignons). Côté sucré, la tarte au citron de Menton, la fougasse à la fleur d’oranger et la pompe à l’huile (dessert parfumé à l’huile d’olive et à la fleur d’oranger) sont trois incontournables. On trouve également des confiseries telles que les violettes cristallisées de Tourrette et la confiture d’orange bigarade.L’arrière pays niçois abrite également le Vignoble de Bellet, qui produit les vins de Bellet AOC, en rouge, rosé et blanc. On peut aussi goûter des Vin de pays (Vin de Pays des Maures, Vin de Pays des Alpes Maritimes) ainsi que des vins de table.

 

La Franche-Comté

La Franche-Comté

Située à la frontière de la Suisse avec pour chef lieu Besançon, la Franche-Comté compte quatre départements : le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le territoire de Belfort.

Région de montagnes, avec une partie du massif du Jura et le massif des Vosges au nord, la Franche-Comté est également une région d’eau avec ses 5350 km de cours d’eau, ses 80 lacs et ses 100 étangs, et elle peut se prévaloir d’être la région la plus boisée de France. Les richesses de cet ensemble peuvent être admirées dans des sites naturels exceptionnels tels que le Parc Naturel Régional du Haut Jura, le sommet du Mont d’Or ou encore la cascade du Hérisson. Enclavée dans les terres, la Franche-Comté a un climat très continental : gelées et neiges l’hiver, sécheresse, chaleurs et orages l’été.

La Franche-Comté tire de cette grande variété de paysages une richesse de produits. Les nombreux pâturages sont peuplés par les vaches laitières, en majorité de la race montbéliarde, qui permettent une grande tradition de produits laitiers : les fromages classés AOC tels que le Comté, le morbier ou le vacherin Mont d’Or font d’ailleurs la fierté des francs-comtois. Le porc charcutier se trouve lui aussi en nombre, et les charcuteries, qui utilisent en Franche-Comté toutes les parties du cochon, sont réputées dans toute la France pour leur qualité à l’image de la saucisse de Morteau.

La faune est variée dans la région : volailles et bovins dans les plaines, gibier de toutes sortes (pigeon, sanglier, lièvre, chevreuil, etc) dans les forêts. Les rivières, lacs et étangs sont par ailleurs pleins de ressources : anguilles, sandres, brochets, truites et écrevisses font le bonheur des pêcheurs et des gourmets, également friands des escargots et grenouilles qui élisent domicile dans ces régions d’étangs.

En comparaison, la culture maraîchère franc-comtoise est assez limitée. Les variétés de fruits et légumes sont restreintes, mis à part quelques produits bien spécifiques tels que les morilles, girolles et trompettes-de-la-mort ou les cerises griottes. Les fruits sont surtout utilisés pour la production d’alcools. C’est la nature des sols, tantôt humides près des cours d’eau, tantôt peu fertiles sur les hauteurs, ainsi que le climat, qui oscille entre les deux extrêmes d’une saison à l’autre, qui explique cette maigre variété de la culture maraîchère.

Les spécialités sucrées abondent en Franche-Comté : Pets-de-Nonne (boules de pâte à choux frites et saupoudrées de sucre et de cannelle), craquelins (viennoiseries croustillantes), biscuits de Montbozon (biscuits à la fleur d’oranger), beignets de cerises et de nombreuses confiseries telles que les dragées de Besançon ou les caramels mous.

En ce qui concerne la boisson, la Franche-Comté n’est pas en reste. En plus des classiques vins blancs, rouges et rosés, la région produit également les fameux vin jaune et vin de paille, ainsi que le Macvin (vin de liqueur) et le Crémant du Jura (un blanc mousseux).

 

La Touraine

La Touraine La Touraine est une province historique française, située dans la vallée de la Loire, à cheval sur les départements de l’Indre-et-Loire, une partie du Loir-et-Cher, et une partie de l’Indre. La capitale de la Touraine est la ville de Tours.

Région historique, la Touraine a accueilli les demeures des dignitaires de la cour de France, puis à leur tour les rois, dans les magnifiques châteaux tels que Chenonceaux ou Amboise, construits sur les bords de la Loire de la fin du Moyen-Âge à la Renaissance, avec du tuffeau provenant de carrières qui sont maintenant des caves à champignons ou à vin. Chaque année, un grand nombre de visiteurs, amateurs d’histoire, de belles architectures, de paysages et de bonne chère, vient apprécier les charmes de la Touraine.Grâce à son climat doux et tempéré, et à ses vallées parcourues par la Loire et les rivières, la Touraine bénéficie d'une terre très fertile. On y trouve une abondance de potagers, de vergers et de fermes, et on comprend bien pourquoi, depuis le XVème siècle, on la surnomme « le Jardin de la France ».Les terroirs en Touraine sont très variés : Varenne Tourangelle, Gâtine Tourangelle, Véron, Brenne… chaque « pays » a sa culture et ses traditions propres. Cette diversité donne aux gourmets de quoi se régaler, car la région a une tradition des plaisirs de la table, malheureusement trop souvent sous-estimée par rapport à d’autres régions françaises plus réputées.Ainsi, comme le suggère son surnom de « Jardin de la France », la Touraine produit des fruits et légumes divers, et en grand nombre, grâce à la générosité de sa terre, aux paysages colorés et changeants : poires, pommes, fraises, abricots, pêches, asperges, laitues, champignons, petit-pois, fèves etc.

Outre les primeurs, la Touraine est également riche en produits d’élevage - porc et volaille (dont la fameuse géline de Touraine), gibier (chevreuil, perdrix) - et en produits issus de la pêche, dont regorgent la Loire et ses affluents (brochet, anguille, sandre etc.).Les artisans sont encore aujourd’hui les détenteurs d’un savoir-faire traditionnel que l’on peut admirer chez le charcutier (rillettes de Tours), le crémier (fromages de chèvre, dont l’AOC Sainte-Maure de Touraine) ou encore le pâtissier (Nougat de Touraine).

On ne peut évidemment pas parler de la gastronomie tourangelle sans mentionner les vins produits sur ses terres fertiles, discrets mais fins, légers et tranquilles, qui ont une valeur montante. La majorité des vins sont blancs bien qu’on trouve aussi des rouges et des rosés. La diversité des sols de la Touraine offre une large palette de vins : blancs, rouges, rosés, secs, moelleux, liquoreux, pétillants, jeunes ou de garde. On distingue des AOC, telles que le Chinon, le Bourgueil ou le Vouvray, ainsi que des vins d’appellation Touraine suivie par le nom d’un château de la vallée de la Loire ou d’une demeure seigneuriale (Touraine-Mesland,Touraine-Amboise etc).

 

La Lorraine

La Lorraine

La Lorraine est une région du Nord-Est de la France dont la préfecture est Metz. C’est la seule région française tri frontalière avec la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne. Elle offre des paysages très variés, entre forêts, champs, lacs, plaines et montagnes avec les Vosges, massif montagneux. Tout comme l’Alsace, la Lorraine est une région chargée d’histoire, déchirée et fractionnée dès la guerre Franco-Allemande de 1870, jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale (1939 -1945), faisant l’objet de diverses annexions par l’Allemagne, et de nombreuses divisions territoriales établies par la France et l’Allemagne.

De son passé, la Lorraine a hérité d’un patrimoine culturel marqué par les influences germaniques en matière de langue (roman lorrain, francique lorrain), d’art, et également de gastronomie. En effet, la cuisine en Lorraine emprunte certaines caractéristiques à celle de l’Allemagne, notamment l’utilisation de pommes de terre et de viandes de porc, la préparation de tourtes et tartes salées, ou encore la finesse de ses charcuteries. Le grand symbole culinaire de la région est la quiche lorraine, composée d’une pâte brisée salée, et d’une garniture à base d’œuf, crème, lardons et gruyère.

La Lorraine est une grande région productrice de charcuterie, dite l’une les plus fines de France. Le boudin de Nancy, l’andouille du Val d’Ajol, le pâté lorrain, ou encore le cochon de lait en gelée font partie des charcuteries traditionnelles régionales. Le porc est également utilisé dans la préparation de plats régionaux tels que la tourte lorraine, le porc frais aux mirabelles... etc. Les viandes de veau et de bœuf restent également très présentes dans les recettes traditionnelles lorraines, telles que l’Hochepot (pot-au-feu) à la Lorraine, la potée lorraine, ou encore les côtelettes de veau à la Nancéienne. En outre, les points d’eau de la région permettent la pêche de la célèbre truite des Vosges, utilisée dans la préparation du pâté de truite, une spécialité locale, ainsi que d’écrevisses, et de grenouilles qui entrent dans la composition de bien des recettes lorraines.

Le patrimoine culinaire lorrain est en outre riche en douceurs. Il convient d’abord de citer le baba au rhum, spécialité régionale d’origine polonaise. Les spécialités sucrées à base de mirabelle, fruit emblématique local, telles que les tartes, les gratins ou les confitures, y sont également réputées. De façon générale, la gastronomie lorraine aime intégrer des petits fruits dans ses préparations en pâtisserie, tout comme en cuisine, souvent en accompagnement de viandes : abricots de Nancy, groseilles rouges et blanches, fraises de Woippy, quetsches ou encore myrtilles. La Lorraine, et plus particulièrement Nancy, propose d’excellentes confiseries telles que les macarons ou les bergamotes, ces dernières étant le symbole gourmand de la ville.

Du côté des fromages, on peut citer deux AOC régionales : le carré de l’Est (fromage de lait de vache à pâte molle, non pressée et non cuite, et le Géromé (fromage de lait de vache cru ou pasteurisé, à pâte molle et lisse).

 

La Bourgogne

La Bourgogne

La Bourgogne est une région française historique située au Sud-est de l’Ile-de-France. Elle recouvre 4 départements : l'Yonne, la Côte-d’Or, la Nièvre et la Saône-et-Loire.

La Bourgogne est un ancien royaume franc qui tire son nom des terres sur lesquelles il fut formé- la Burgondie, conquise par Clovis 1er, le premier roi de France, au XVème siècle - ainsi qu'un puissant duché au XIVème siècle.


Les ducs de Bourgogne, vassaux du roi de France, furent des gourmets distingués, qui firent se développer la gastronomie locale, lui permettant d'être de nos jours considérée comme l'un des fiefs classiques de la cuisine française. C'est en cela que la cuisine bourguignonne est dite prestigieuse, bien plus aristocratique que provinciale, qui s'accompagne de vins de notoriété mondiale tels que le Chablis, Beaune, Volnay et bien d'autres. En effet, la région est avant tout réputée pour ses vignobles, qui se sont développés dès le IVème siècle et qui attirent aujourd'hui des visiteurs venus du monde entier.

C’est d'ailleurs grâce au vin, blanc ou rouge, que la cuisine emprunte sa vigueur, et les épices et condiments, oignons, ail ou échalotes, ajoutent une note forte ou piquante à des plats colorés et pleins de saveurs : la moutarde de Dijon en est le symbole, et son utilisation dans la cuisine courante a largement dépassé les frontières bourguignonnes.

Région de culture et d’élevage, la Bourgogne est riche en produits de qualité : volailles de la Bresse, bœuf charolais ou porc, truffe de Bourgogne, oignon d’Auxonne, asperge de Ruffey, cassis de Bourgogne, cerise marmotte etc. Le cassis de Bourgogne, produit régional par excellence, est principalement destiné à la production de liqueurs, mais peut également être utilisé en pâtisserie et quelquefois en cuisine. Par ailleurs, le gibier présent dans les forêts et les poissons des rivières font également partie de la tradition culinaire locale.

Côté plats, le bœuf bourguignon, le coq au vin, les œufs meurette, les crapiaux morvandiaux (grosses crêpes au lard), le lapin à la dijonnaise (à la moutarde) ou encore les escargots à la Bourguignonne (cuits avec du beurre persillé) comptent parmi les grands classiques de la région.

Côté sucré, la région propose de nombreuses spécialités telles que les anis de Flavigny (bonbons à l'anis), le pain d’épice de Dijon (à base de farine de froment), les gimblettes et nonnettes (petits gâteaux en pain d’épices, le cacou (clafoutis aux cerises marmottes), la nougatine de Nevers, les corniottes (feuilletages chauds garnis) et tant d’autres.

La Bourgogne est également un pays de fromages : l'Époisses de Bourgogne, qui bénéficie d’une AOC, fait la renommée de la région. On dit que Napoléon appréciait ce fromage de lait de vache à pâte souple, non pressée et non cuite et parfumé au marc de Bourgogne. On peut également y déguster l' Aisy cendré (fromage au lait de vache à pâte non pressée et non cuite), le Cîteaux (fromage au lait de vache, à pâte pressée non cuite ), le Saint-Florentin (fromage frais de type faisselle, légèrement salé), et le Pourly (fromage de chèvre doux ).

 

La Champagne

La Champagne La Champagne est une région située à l’est de l’Ile-de-France. Elle s’étend sur les départements de l’Aube, de la Marne et de la Haute-Marne, et Reims, surnommée « la Cité des Sacres », en est la ville principale.

La région est avant tout célèbre pour son vignoble, le vignoble de Champagne, dont la zone d’Appellation représente plus de 33 000 hectares et s’étend sur les départements de l’Aisne et de Seine-et-Marne.

C’est dans ce vignoble que l’on produit le fameux Champagne, ou « vin de Champagne », symbole de fête et de luxe, dont la réputation est internationale.La renommée du Champagne a tendance à faire de l’ombre à la gastronomie champenoise, qui bénéficie pourtant d’un riche terroir et d’une carte de spécialités régionales variée.
Les rivières qui traversent la région permettent la pêche de brochets, de brèmes, d’anguilles, de truites, d’aloses et d’écrevisses, qui entrent dans la composition de nombreux plats traditionnels et qui peuvent être braisés, pochés, frits ou cuits en matelote, avec ou sans Champagne. On peut citer entre autres le brochet farci champenois, la friture de goujons et la matelote marnaise.La charcuterie est par ailleurs un élément incontournable de la gastronomie locale. L’andouillette de Troyes en est le produit phare et sa renommée s’est répandue dans la France entière. Sont également réputés le jambon de Reims, le boudin blanc, le cervelas de Troyes, la langue de mouton fumée, sans oublier le pied de cochon.

Parmi les légumes cultivés dans la région, il faut mentionner l’asperge de Champagne et le lentillon de Champagne, petite lentille légèrement rosée. D’une manière générale, les recettes traditionnelles de la région sont solidement paysannes : le pâté de Reims, les pieds de porc à la Sainte-Menehould et la potée champenoise en sont le parfait exemple.Le fromage tient lui aussi une place importante dans la tradition culinaire champenoise. Il existe trois AOC : le Brie de Meaux (fromage à base de lait de vache, à pâte non pressée et non cuite, qui est moulé à « la pelle à brie»), le Chaource (fromage au lait de vache à pâte molle), et le Langres (fromage de lait de vache à pâte non pressée et non cuite). Le Brillat-Savarin et le Cendré de Champagne ne bénéficient pas d’appellation mais sont néanmoins célèbres.Enfin, les douceurs ne sont pas en reste dans la région. On y déguste entre autre les traditionnels biscuits roses de Reims (biscuits rectangulaires rosés et croquants), la galette au sucre, le gâteau mollet (gâteau mou dont la forme évoque celle du Kouglof sans le trou au milieu), les nonettes de Reims (petit gâteau rond à base de pain d’épices) et le pain d’épices de Reims (très célèbre au 16ème siècle, mais qui fût au cours de l’histoire détrôné par celui de Dijon).

 

Périgord

Périgord Situé en région Aquitaine (Sud-Ouest de la France), le Périgord correspond à la majeure partie du département de la Dordogne avec pour ville principale Périgueux.

Lieu de saveurs et de couleurs, le Périgord regorge de sites historiques et de paysages variés mêlant vastes prairies, cours d'eau, vieux villages et châteaux, qui attirent les touristes par centaines et qui en font une des régions les plus belles de France.La cuisine périgourdine est authentique et copieuse, avec la réputation d'être l'une des meilleures de France. C'est par les diverses ressources naturelles de la région combinées au talent séculaire de ses cuisiniers que la gastronomie périgourdine a acquis ce prestige. Les larges vallées de la Dordogne fournissent vergers, cultures maraîchères et vignobles, les prairies nourrissent les bovins et moutons, la forêt abonde de champignons, noix et châtaignes, sans oublier les fermiers qui élèvent volailles et porcs. Il faut savoir que la région fournit près de la moitié des produits fins de France.Le produit numéro un dans la région est la truffe noire du Périgord, champignon que l'on qualifie également de « diamant noir ». Parmi la trentaine de truffes qui existent, elle est sans doute la plus savoureuse et agrémente de nombreux plats, aussi bien dans le Périgord que dans l'ensemble de la France.Parmi les spécialités de la cuisine périgourdine, on peut citer les foies gras et confits qui font la renommée de la région, mais également les charcuteries telles que les boudins ou les pâtés. Les champignons sont également à l'honneur grâce à la forêt périgourdine qui abrite des cèpes, girolles, morilles…etc. On retrouve ces champignons dans de nombreuses recettes locales accompagnant souvent les canards ou les oies.

Le grand nombre de cours d'eau en Dordogne permet la pêche de plusieurs poissons et crustacés qui garnissent divers plats régionaux tels que la truite aux cèpes, la fricassée d'anguille ou la friture de goujons.Le Périgord est aussi une région vinicole, dont l'activité est concentrée dans le Bergeracois (commune de Bergerac et ses environs), zone caractérisée par un climat doux et tempéré avec une influence océanique, ainsi qu’une terre propice au développement de la vigne. Les vins du Bergeracois sont très appréciés tout comme ceux de Montbazillac, véritable vedette nationale et emblème des vins doux. Ces derniers se savourent à l’apéritif, à table avec le foie gras ou une volaille en sauce crémeuse, au fromage à pâte persillée ou en dessert, et sont également intégrés dans les recettes locales.

La région produit par ailleurs de nombreuses eaux-de-vie et liqueurs à base de prune, de raisin, de cerise, de poire, de noix, de coing, de cassis, ou de noisettes.

 

L'Alsace

L'Alsace L’Alsace est une région du Nord-Est de la France et a pour capitale Strasbourg. Elle regroupe les départements du Bas-Rhin (67) et du Haut-Rhin (68), et est frontalière avec l’Allemagne et la Suisse.

L’Alsace est une région chargée d’histoire, et son patrimoine culturel très varié associe des influences germaniques, judaïques ou encore scandinaves, très présentes dans la tradition culinaire alsacienne, et qui font de l’Alsace une région à forte personnalité gastronomique. On note les influences germaniques au travers des produits utilisés (pommes de terre, viandes de porc, pâtes à tarte salées ou sucrées, charcuteries…), tout comme par les noms des plats, souvent en Allemand. Les sols de la région sont particulièrement riches, et offrent une abondance de ressources naturelles. On y cultive de nombreux légumes, fruits et céréales, et on trouve une multitude de produits sauvages (baies, champignons forestiers…). Tous ces éléments ont fait de la région un haut lieu gastronomique depuis plusieurs siècles.Le plat régional par excellence est la choucroute, préparation simple mais riche à base de chou, pommes de terre, charcuteries et vin blanc. Le terme « choucroute » désigne le plat traditionnel et également l’ingrédient premier de celui-ci à savoir le chou fermenté dans une saumure « Sauerkrut » : le chou est d’abord râpé finement, puis salé, et tassé avec des aromates, voire arrosé de Kirsch. Il est ensuite enfermé pendant environ un mois à température ambiante afin de le laisser fermenter.
wbr />La charcuterie est de façon générale très caractéristique de la gastronomie alsacienne (saucisses, boudin, jambon…) avec en produit phare la saucisse de Strasbourg (ou Knack), élément incontournable de la fameuse choucroute. La Flammeküche, ou tarte flambée, est également un grand symbole culinaire de l’Alsace, tout comme les spätzles, fines lanières de pâte pochées à l’eau bouillante. La pâte à spätzle est faite de farine, œuf et sel, mais elle est plus molle et cassante que la pâte à nouilles.L’animal symbole de la gastronomie alsacienne est l’oie. Le foie gras d’Alsace, issu d’une tradition en matière de gavage, est d’ailleurs très réputé. Les poissons d’eau douce ne sont pas en reste et sont à l’origine de nombreux plats régionaux: Brochet au Pinot noir, Truite au bleu, Quenelles de brochet...

En outre, l’Alsace est une région réputée pour son vignoble. De grands vins AOC y sont produits, ayant pour la plupart la particularité de porter le nom du cépage dont ils sont issus à 100 % (Riesling, Gewurztraminer, Muscat…). Les eaux-de-vie alsaciennes sont aussi très appréciées : à base de fruits, fleurs, ou baies sauvages, elles sont symboles de finesse et font partie des éléments incontournables de la région, surtout le Kirsch, le Marc de Gewurztraminer et les eaux-de-vie de framboise et de mirabelle.Les pâtisseries sont également très présentes en Alsace. Parmi les plus typiques, on peut citer le Kouglof (brioche aux raisins secs et amandes effilées), le Streusel (brioche recouverte d’appareil grumeleux aromatisé à la cannelle) à ne pas confondre avec le Strudel (pâtisserie de pâte fine roulée généralement garnie aux pommes et fruits secs), et enfin la Forêt Noire (gâteau au chocolat, à la chantilly et aux cerises au sirop).

 

La Provence

La Provence

La Provence est une région du Sud-Est de la France, située dans le bassin méditerranéen, qui administrativement inclut les départements des Bouches-du-Rhône, du Var, du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence.

Avec ses paysages arides, rocailleux et surtout très colorés, la Provence représente un véritable trésor naturel français et est une source d'inspiration pour les artistes. Parmi eux, l'impressionniste français Paul Cézanne (XIXème siècle), particulièrement réputé pour ses oeuvres de la Montagne Sainte-Victoire, massif des Bouches du Rhône.

Comme toute région méditerranéenne, la Provence bénéficie d'un bel ensoleillement, et offre une grande variété de richesses parfumées et colorées. Voisine du Pays niçois, on retrouve beaucoup d’ingrédients identiques dans les recettes traditionnelles des deux régions, à savoir l'ail, le poivron, la tomate et les poissons. La cuisine des deux régions reste assez proche, mais la Provence, géographiquement plus étendue, offre un éventail plus large de produits.

La Provence, c'est tout d'abord le pays de la lavande, qui parfume de nombreuses recettes et qui est la base de savoureux miels. La cuisine régionale se caractérise aussi par une harmonie parfaite d'aromates et de fines herbes (ail, ciboulette, thym, romarin, sarriette), et par un ensemble de condiments tels que la célèbre huile d'olive d'Aix-en-Provence, les mélets de Martigues ou encore la tapenade.

Concernant les spécialités de la cuisine provençale, on se doit de s'arrêter à Marseille pour goûter la fameuse bouillabaisse marseillaise, plat simple et familial qui fait la renommée de la ville. À l'origine, c'était un plat de pêcheurs devenu aujourd'hui un plat de référence servi dans tous les restaurants de Marseille. Sa composition est sujette à controverse, mais, selon les Marseillais, une règle demeure: une vraie bouillabaisse doit comporter au moins quatre espèces de poissons différentes (girelle, rascasse, vive, saint-pierre…).

 

L'Île-de-France

L'Île-de-France

Malgré l’espace relativement restreint qu’elle occupe, l’Île-de-France est le cœur du territoire français ; la région abrite à elle seule huit départements, dont la capitale du pays, Paris.

Depuis quelques décennies, la tendance est à l’urbanisation en Île-de-France. Cependant, la région est riche de grands espaces verts, avec quatre parcs naturels régionaux (Oise, Vexin, Gâtinais et vallée de Chevreuse), et le climat tempéré permet de conserver une tradition de productions maraîchères sur ses terres fertiles ; l’élevage est florissant, les grands massifs forestiers de Rambouillet et du Vexin cachent de succulents gibiers, et les eaux de la Seine et de la Marne sont pleines de savoureux poissons. Une grande partie du ravitaillement est local. Cependant, face à la disparition progressive des terres cultivées et aux facilités de circulation des marchandises, la région Île-de-France s’ouvre aux produits venus de la France entière et de l’étranger. Le lieu emblématique de cette abondance de produits est le marché de Rungis, inauguré en 1969 au sud de Paris : c’est le plus grand marché de produits frais au monde.

Ce sont tous ces produits, ainsi que le grand savoir-faire professionnel des franciliens, qui ont permis de développer la « grande cuisine » des restaurants qui attire les gourmets du monde entier, et qui a encouragé les professionnels parisiens à imaginer des plats raffinés. Ce tourbillon de créativité est caractéristique de la scène gastronomique parisienne. Paris est depuis longtemps assimilé à un centre culinaire d’exception, un ‘centre gastronomique du monde’.

Il en va de même avec la pâtisserie : la pâtisserie parisienne est, comme la cuisine, urbaine et professionnelle. C’est une pâtisserie de fête, d’innovation, et qui suit les tendances. On doit aux pâtissiers parisiens, à leur savoir-faire et à leur maîtrise du métier l’invention de nombreux produits devenus des grands classiques de la pâtisserie : les entremets tels que l’Opéra, les viennoiseries ou encore les macarons parisiens sont réputés à travers le monde, et de nombreux gastronomes étrangers parcourent de longues distances pour pouvoir goûter à ces petites merveilles. C’est Antonin Carême qui est à l’origine de ce courant de pâtisserie professionnelle : au XIXème siècle, il met au point entre autres le croquembouche, qui est encore maintenant le dessert des grands évènements. La pâtisserie parisienne est riche en beurre et en crèmes aromatisées de tout genre.

En ce qui concerne les fromages, l’Île-de-France compte deux grandes catégories : les Brie et les fromages enrichis en crème. Ils sont doux, souples et fins, forts sans non plus d’excès de caractère.

C’est dans le domaine des vins que l’Île-de-France a sa plus grande faiblesse : bien qu’on se souvienne des vignes de la butte Montmartre qui chaque année, aujourd’hui encore, produisent quelques bouteilles d’un vin plus apprécié pour sa rareté que pour sa qualité, les franciliens consomment des vins des autres régions de France, faute de production locale. Quelques autres boissons alcoolisées sont produites dans la région, entre autres le Grand Marnier, dont la renommée a dépassé les frontières du pays.

 

Languedoc

Languedoc

Le Languedoc est une région du sud de la France qui a pour préfecture Montpellier. Le paysage languedocien contraste par ses plaines, notamment dans le Minervois, et ses massifs montagneux tels que les Pyrénées ou les Cévennes.

C’est une vaste province qui offre des produits variés issus de la terre, des forêts, de la mer, et aussi des rivières. L’ail, l’oignon, et les olives sont très cultivés et dominent dans les préparations, comme dans l’ensemble des régions méditerranéennes. Les olives, en plus de leur utilisation fréquente dans les recettes, permettent la production d’huiles d’olives réputées comme « l’huile d’olive de Nîmes » AOC.

La cuisine du Languedoc est très riche et propose de nombreuses spécialités régionales en matière de charcuterie, de plats cuisinés et en pâtisserie, et chaque département compte une recette traditionnelle : à Carcassonne c’est le cassoulet, à Nîmes la brande de morue, les oreillettes à Montpellier et la coupetade (gâteau) en Lozère.

La brandade de morue est le plat languedocien par excellence. C’est une préparation à base de filets de morue dessalée, d’huile d’olive et de lait, à laquelle on ajoute parfois des pommes de terre et de l’ail. La variété de poissons de mer et de rivière permet de préparer d’autres recettes savoureuses comme la bourride sétoise (à base de lotte), la boullinade ou bouillabaisse du Languedoc (proche de la bouillabaisse marseillaise) ou encore des soupes.

La viande languedocienne est réputée, notamment grâce à ses taureaux élevés en Camargue. On les prépare “en gardiane”, c’est à dire marinés pendant 24 h dans du vin rouge avec légumes et assaisonnement puis servi avec du riz camarguais.

Le Languedoc est, de par sa situation méridionale, une grande région viticole qui bénéficie d’un excellent ensoleillement. On y produit divers grands crus classés AOC allant des vins Muscat (Frontignan, Lunel), en passant par des vins rouges et rosés (Minervois,Corbières, Fitou) aux vins mousseux (Blanquette de Limoux).

 

Le Pays toulousain

Pays Toulousain

Le Pays toulousain est situé dans la région Midi-Pyrénées, dans le Sud de la France. On entend par « Pays Toulousain » la ville de Toulouse et ses environs.

Cette région, caractérisée par des paysages arides et rocailleux et des plaines fertiles le long de la Garonne, profite d'un climat tempéré doux et d'un fort ensoleillement typique des régions du Sud. D'où la richesse de la terre et la diversité des produits, permettant une cuisine variée et audacieuse avec de nombreuses spécialités régionales.

Le Pays toulousain est principalement réputé pour le cassoulet de Toulouse, véritable régal occitan, qui se compose des produits phares du terroir tels que les haricots blancs, le mouton, l'agneau, la saucisse de Toulouse, la couenne de porc et les confits d'oie ou de canard. Le cassoulet est également une spécialité de Carcassonne et de Castelnaudary, deux villes de la région Languedoc-Roussillon situées au sud de Toulouse, avec des recettes un peu différentes : dans le premier, on ajoute souvent gigot de mouton et perdrix. Dans la préparation du second on ne met que du porc et parfois du confit d'oie. Bien qu'il puisse exister quelques différences ici et là dans la composition du cassoulet, la couenne de porc et la saucisse sont deux incontournables, le haricot lingot est très recommandé, et la cuisson dans une cassole (récipient en terre cuite traditionnel qui donne son nom au cassoulet), est indispensable.

Toulouse est également très connue pour sa culture de la violette, emblème de la ville, à base de laquelle on produit des confiseries comme la violette pralinée ou cristallisée, ainsi que du miel, des pâtes de fruits ou des sirops.

La cuisine du Pays toulousain utilise très souvent les charcuteries et les volailles grasses qui sont bien souvent les principaux éléments des recettes traditionnelles locales telles que le fèche sec (foie de porc mariné), la saucisse de Toulouse ou les confits d'oie et de canard.

   
 
Chargement